Petit Haut Addict

Je vais écrire cet article à la première personne, car pour une fois, je ne vais pas faire à d’autres l’affront d’imaginer qu’elles puissent se livrer à la même compulsion que moi (cependant, si vous vous reconnaissez dans cette histoire, vous pouvez me contacter, même de manière anonyme, je me sentirai moins seule). Bref, j’avoue, j’aime vachement – trop – le shopping.

Une des choses que j’ai du mal à retrouver à l’étranger (avec un vrai camembert) c’est la variété de magasins de prêt-à-porter et de lingerie français. En France, il existe toute une gamme de marques à des prix encore raisonnables dont les vêtements sont de coupe un tant soit peu originale, et dans des matières  – au moins à 50% ! – naturelles. Car non, le polyester n’a pas encore conquis le monde.

Une fois à l’étranger, exit les Kookai, Sud Express, Darjeeling, Caroll et autres ventes privées Comptoirs des Cotonniers ! On a le choix entre du très très cher et hors de portée de bourse, ou alors les géants de la mode accessible – vous savez, Mara, Zango et Hachéhème – chez lesquels je ne rechigne pas à acheter pas cher, mais toujours avec une petite pensée pour les petites mains qui ont cousu les articles, quelque part au Bangladesh (quand on achète un top qui vient du bout du monde pour 5 euros, il ne faut pas se leurrer). De plus, la durée de vie des vêtements est à peu près celle d’une espèce menacée par le réchauffement climatique. Le dernier choix reste les marques américaines, mais après avoir vécu aux USA, et payé mes jeans de marque trente dollars, il est hors de question de donner 150 euros pour la même chose. N’est-ce pas G*P et L***S ? – si vous ne retrouvez pas le nom des marques, écrivez-moi, on fera un pendu.

Bref, au bout de quelques années d’expatriation, oh miracle, j’ai découvert la merveilleuse invention du shopping en ligne ! Mes marques préférées de nouveau accessibles, à juste un clic de souris, à n’importe quel moment de la journée. Enfin, accessibles pour les yeux… Physiquement, elles étaient toujours à quelques milliers de kilomètres de mon placard. Heureusement, j’ai un agent shopping addict, implanté directement au cœur de la capitale de la mode : ma sœur ! Nous avons développé un système d’approvisionnement imparable (si imparable qu’elle parvient même à me retrouver des références qui ne sont pas en ligne grâce à de vagues descriptions : « si si, je l’ai vu en boutique cet été. Tu sais, avec un tissu à fleurs ! »). Voilà comment je me procure les petits hauts :

Addiction 1

Addiction 2

Addiction 3

Si mes articles vous plaisent, aidez-moi à développer mon blog ! Il suffit d’un « Like » sur ma Page Facebook. Merci 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s