Intégration

Pas facile d’écrire un article cette semaine. Ca va être dur d’être drôle, percutante, de faire mouche.

Les nouvelles m’ont secouée, comme vous tous. J’aimerais être en France, voir ma famille, ceux qui sont à Paris, et on prendrait un verre, et on dirait qu’on n’a pas peur (vous n’avez pas peur vous ? Moi, quand je vois ce qui se passe en ce moment, les frappes en Syrie, la marée de gens à nos portes qui va encore augmenter et que ce drame va encore plus stigmatiser, l’état des cités françaises et le peu de moyens que nous avons pour tirer les jeunes en dérive vers le haut – croyez-moi, c’est dur, j’en connais des profs et éducateurs qui jettent l’éponge…). Eh bien je me dis que c’est un beau merdier, et que ce n’est pas fini…

Alors ok, pour le principe, je veux bien le dire, j’ai pas peur, je retournerai à la terrasse des cafés dès que je rentrerai à Paris, ça c’est sûr. Mais il sera impossible de le faire sans penser à ça.

Comme je n’ai pas le coeur à faire un nouveau dessin sur l’attentat, à encore analyser ce que je ressens – les brouillons des textes que j’ai écrits pour dénoncer, comprendre, prendre du recul sont tous à la poubelle – je préfère publier un dessin que j’avais croqué il y a peu de temps, car il faisait référence à l’intégration, l’intérêt pour d’autres cultures, et le bien que le mélange peut apporter. Et il me semble que nous en avons bien besoin aujourd’hui.

Je l’avais dessiné en souvenir de soirées à Lyon, quand j’ai commencé à travailler, où nous nous réunissions avec Najib et Claire et d’autres, parfois autour d’un thé vert à la menthe, et où nous faisions des impros au chant et à la guitare. Et aussi en pensant à la petite companie de danse latino-américaine créée par mon amie Yvonne (elle est du Nouveau Mexique et on lui a donné un nom français) avec laquelle j’ai collaboré, et qui oeuvrait pour montrer que la culture mexicaine aux USA n’est pas une invasion, mais peut produire des merveilles.

J’ai rencontré des gens qui souffraient de discrimination, et malgré tout vivaient leur vie et nous rendaient heureux. Ils étaient en mission pour changer le regard du monde, la seule croisade qui compte. Alors tout ca c’est pour eux, car des réponses je n’en ai pas beaucoup, mais s’il en est auxquelles je veux croire c’est l’éducation, la curiosité, la rencontre avec l’inconnu. Et tiens, c’est un peu ca, non, l’expatriation ?

Je pense à vous tous, et je vous livre un peu de douceur (au cas où je n’ai pas réussi à faire pleurer dans les chaumières avec mes histoires d’unité des peuples, je peux aussi aller repêcher mes textes dans la poubelle).

New worlds 1

New worlds 2

New worlds 3

New worlds 4

New worlds 5

New worlds 6

New worlds 7

Publicités

2 réflexions sur “Intégration

  1. Nous sommes heureux d être a la campagne en ce moment ,même si c est très dur quand il faut faire beaucoup de trajets quand les enfants sont étudiants ou même petits quand il n y a pas de maternelle près de chez soi et pas de bus ,mais la sécurité n ´a pas de prix bon courage à tous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s