La culpabilité, ma meilleure ennemie

Dernière ligne droite avant Noël ! La période la plus propice aux lâchages de toutes sortes, suivis de regrets intenses : ai-je vraiment dit/mangé/bu/fait/promis ça ?

Cette semaine sera probablement faite de parcours du combattant dans les magasins (si vous parvenez à vous en approcher, les parkings étant tous pleins dès les premières heures de la matinée), et de recherches dans les allées des supermarchés. Ce qui est pour vous, si vous êtes rentrée en France, une mission particulièrement périlleuse : comme vous êtes privée de tous les produits que vous aimez le reste de l’année, vous êtes un peu comme un addict en manque. Vous tentez de résister à l’appel des produits de fêtes mais finissez par un craquage total et repartez avec un caddie plein de chocolats, alcool, fromages, spécialités régionales et mêmes produits laitiers, car il n’y a qu’en France que vous trouvez une telle diversité de textures et saveurs, et oui, vous avez bien envie de manger pour une fois un vrai yaourt qui ne soit pas dégoulinant, rose fluo, ou bourré d’aspartame – ou les trois à la fois.

Bref, je suis partie l’autre jour à Carrefour acheter une salade verte et je suis revenue avec des escargots de Bourgogne à la provençale et des vols au vent à la St Jacques. J’ai dû perdre bêtement le contrôle, mais je ne me souviens plus quand…

Car si ça ne me dérange sur le moment pas d’engloutir du foie gras et du camembert avant d’attaquer une religieuse au chocolat, je subis systématiquement par la suite un petit contrecoup. Une petite voix bien connue de toutes, toujours si promptes à l’autoflagellation, qui surgit au moment le plus désagréable (la digestion, ou la lecture de votre relevé de carte bleue après un après-midi de shopping) : était-ce bien raisonnable ?

C’est la même petite voix qui vous donne des remords lorsque  1) vous craignez avoir fait une grande erreur éducative après vous être mise en colère car le petit dernier ne voulait pas manger ses légumes 2) vous venez d’avoir votre mère au téléphone et qu’elle vous a encore fait savoir que ce serait vraiment mieux si vous habitiez plus près 3) vous avez envoyé balader votre mari alors qu’il rentrait tard le soir du boulot  car vous n’en pouvez plus : vous venez de faire une erreur éducative et d’avoir votre  mère au téléphone…

 Eh bien, vous en avez bien le droit, que diable ! Pour Noël, je vous souhaite de mettre cette petite voix au placard, de faire taire la femme/mère/fille parfaite qui sommeille en chacune de nous, de lui fourguer du champagne pour la rendre plus douce et de voir si en 2016, elle ne pourrait pas un peu vous lâcher les basques. Ça demande un peu d’entrainement, mais ça vaut tellement le coup !

Bonnes fêtes !!!!

Culpabilite

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s