Tu es devenue « Femme de »

Vous avez du remarquer une certaine inégalité homme/femme dans les milieux expats… Déjà en France, ce n’était pas la panacée, et il y a fort à parier que si vous travailliez, vous gagniez moins que votre mec, et partiez plus tôt que lui du boulot pour aller récupérer vos petits monstres – car qu’est une progression de carrière en comparaison du merveilleux épanouissement intellectuel offert par les comptines d’Anne Sylvestre et des fins d’après-midi au parc ?

Mais lorsque vous acceptez l’expatriation, et comme dans 90% des cas, vous suivez votre conjoint, cet écart devient subitement une faille de la taille du Grand Canyon. Pendant que votre homme disparait au travail pour travailler jusqu’à des heures indues, vous vous retrouvez au chômage, avec la charge des bambins… Pas exactement ce que vous aviez envisagé quand vous avez fait cette école de commerce ou que vous sacrifiiez votre jeunesse à préparer ces concours.

Une impression de perdre son identité peut s’installer au fil des mois d’expatriation. Quel est votre rôle ? Pourquoi ne parvenez-vous pas à vous satisfaire de votre situation, souvent dorée ? – Dorée oui, mais un peu comme dans « cage dorée » … Vous avez pourtant accepté de venir, et les bons côtés sont nombreux. Mais voilà, ça ne suffit pas, ou plutôt, l’essentiel vous manque peut-être. Le sentiment d’avoir une vie à vous, d’être indépendante, active, avec des projets professionnels, des journées passées avec des adultes qui, même s’ils vont font parfois chier avec leur rapports et leurs réunions, ne vous recrachent pas leur bouffe dans la main quand le plat de la cantine ne leur plait pas.

Vous êtes devenue une femme expat, et même une femme « de ». La question qu’on vous pose systématiquement au bout de cinq minutes lorsqu’on vous rencontre, c’est «  et, il bosse pour qui, ton mari ? ». Oui vous êtes même une femme Michelin, Areva, Syngenta.

Eh bien, prenez-en votre parti ! Celui de prendre le temps, celui d’apprendre, celui de créer, celui de profiter, celui de découvrir, celui même de ne rien faire, car ça aussi, femme super active, ça s’apprend, et c’est pas facile !

C’est l’occasion de respirer et d’être à l’écoute de soi. De laisser tous les petits désirs enfouis sous des couches de cavalcades dans les transports en commun et de dossiers à boucler affleurer. De vous chercher. De vous trouver. Après tout, vous le méritez bien, et ca ne durera pas toujours !

Femme de 3

Si vous aimez ce blog, aidez-moi à le développer ! Il suffit de « liker » ma page Facebook, ou de transfèrer cet article à vos amis 😉

Et très bientôt, le projet de BD tirée du blog ! Mon petit chantier de 2016… Plus d’infos très vite !

Publicités

3 réflexions sur “Tu es devenue « Femme de »

  1. Coucou Caro, Je trouve cet article et ta réflexion sur le sujet très intéréssant !
    Je ne peux pas vraiment me retrouver dans ces propos car même si je suis une expat en Allemagne, je n’ai que 24 ans et pas encore d’enfants…

    Cependant, au travail, lorsque je regarde dans mon équipe, je dirais que bien 70% des femmes sont venues en Allemagne pour « suivre » leur copain. Elles ont toutes à peu près mon âge et pas d’enfants non plus mais ce sont malgrè tout, elles, qui ont fait le choix d’un peu tout laisser tomber pour suivre leur copain et s’installer ailleurs.

    Sans même la composante des enfants, ce phénomène est déjà flagrant ! Je suis très indépendant et parfois cela me choque un peu…
    Du coup, je pense que la faute est (à la société ?) mais peut-être un peu trop aussi aux femmes qui acceptent de tout laisser tomber, leur carrière, leurs projets, leur pays qu’elles n’avaient peut-être pas envie de quitter… tout ça par amour. Je pense qu’il faudra encore un peu de temps pour que la société évolue et que les priorités de carrières ou couple et famille ne soient pas toujours conditionnées par le sexe du conjoint.

    Mais bon, peut-être qu’on en rediscutera quand j’aurai des enfants 😉

    Félicitations en tout cas pour la BD !!! C’est génial !

    J'aime

    1. Merci Marie d’avoir pris le temps de m’ecrire tout cela ! Je suis partie a 23 ans avec celui qui etait a l’epoque mon copain et qui est maintenant mon mari, et c’est vrai que je l’ai suivi en abandonnant tout. Malgre tout, je crois que si on accepte de tout abandonner, c’est aussi parce qu’au fond de nous, nous ne sommes pas forcement satisfaites de la vie en France. Car il est quand meme possible de dire non, bien que ce ne soit pas facile. Finalement, le risque, c’est de ne pas se trouver, ni en France ni ailleurs, et de se servir de la situation d’expatriee pour blamer quelqu’un d’autre que soi-meme. C’est pour ca que ca peut-etre dur pour le couple, surtout si on developpe une certaine jalousie (du temps que l’un a, et de la carriere que le second developpe). Il faut donc etre bien clair avec soi -meme. Et tu as raison, les choses n’evoluent pas tres vite on ce qui concerne l’egalite homme/femme de toutes facons. Nous sommes conditionnees pour etre de meres parfaites, c’est tres culpabilisant de dire: je ne veux pas faire que m’occuper de mes gosses ! Cependant, c’est quand meme beau d’avoir du temps pour s’occuper de la famille. Alors tout est question d’equilibre ! Super en tout cas de t’expatrier en Allemagne, ca me plairait ! Felicitation aussi pour ton blog que j’ai ete voir et tres bonne continuation !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s