En garde !

Que vous soyez expat ou non, si vous êtes maman, la question de la garde de vos enfants a dû se présenter à vous ! Si vous travaillez, vous n’avez pas vraiment le choix, il vous faut confier vos petits à une crèche. A supposer que vous en trouviez une, surtout en France où pour une mystérieuse raison, l’offre est largement dépassée par la demande. Obtenir une place n’est pas donné à tous, et on demande parfois de s’inscrire avant d’être enceinte – ce qui revient un peu à prendre rendez-vous chez le médecin avant de savoir si on sera malade, ou à prévoir sa date de mariage avant de rencontrer son futur mari. Juste au cas où, quoi. On ne sait jamais, on n’est jamais trop prudent !

En Turquie, beaucoup de femmes expatriées ne sont pas salariées, mais cela ne les empêche pas d’avoir besoin qu’on garde leurs enfants (parfois pour une simple question de santé mentale). Pouvoir profiter de voir grandir ses enfants est un luxe, mais ce privilège a quand même quelques petites limites – comme dans «  j’aimerais bien pouvoir faire pipi sans que mes enfants me suivent jusque dans les toilettes pour me regarder faire » ou “ j’aimerais réussir à mener à bien cette réunion Skype avec un client sans avoir à me cacher dans un placard pour avoir la paix”. Problème véridique auquel les hommes sont assez peu souvent confrontés au boulot – sauf en cas de contrôle fiscal.

Le problème, c’est que les garderies n’acceptent pas – ou très peu – les tout petits. Il est rare qu’on prenne en garde un bébé avant 18 mois. Les mamans turques restent souvent au foyer ou bien leur famille se charge de s’occuper des petits pendant qu’elles travaillent (leurs mamans ou belle-mamans allant jusqu’à emménager avec le jeune couple pour assurer cette mission), et il n’est pas très bien vu d’abandonner de manière indigne la chair de sa chair dans une structure externe.

Même dans les endroits qui accueillent les bébés, tout un protocole est mis en place afin de ne pas les traumatiser (la complexité et progressivité dudit protocole est propice à faire augmenter votre culpabilité de manière exponentielle. On dirait qu’il a été fait pour souligner à quel point, puisque vous êtes prête à passer sciemment par toutes ces étapes, vous êtes une mère indigne). Au début, on vous le prendra seulement 2 heures par jour, en votre présence, puis sans vous, puis le bébé pourra rester pour le repas, pour enfin peut-être être accepté pendant la sieste, et enfin, apothéose d’une période d’adaptation pendant laquelle vous avez eu l’impression que vous étiez plus embêtée que lorsque vous gardiez votre enfant à la maison,  annulant par là-même le bénéfice de la garde, il sera enfin accepté pour toute la journée.

Moi qui arrive des USA où les crèches regorgent de crevettes de quelques semaines que leurs mères ont dû laisser après un très court congé maternité, sous peine de perdre leur job (où elles doivent s’enfermer dans leur bureau pour pouvoir pomper leur lait entre deux réunions, car là-bas, on est une mère indigne si on ne nourrit pas son enfant au lait maternel pendant au moins un an, quelles que soit les manœuvres nécessaires pour y arriver) !

Bref, il semble qu’il soit partout exigé de nous d’être des êtres sacrificiels. Ou alors que nous l’exigions de nous-même ? En tout cas, j’ai decidé de faire garder ma plus petite pour DESSINER, exercice psychologique que j’ai mis un an à maîtriser, mais j’ai comme l’impression que c’est bénéfique pour tout le monde. Happy wife, happy life !

1 Creche

2 Creche

 

Publicités

2 réflexions sur “En garde !

  1. Ah ah oui c’est bien ca! Pour moi c’est nounou a domicile: j’ai du reprendre le boulot quand ma fille avait 5 mois et c’etait le seul mode de garde disponible. On a bien visite une creche qui accepte les bebes a partir de 3 mois mais on est partis en courant apres avoir visite les locaux delabres et sentant l’humidite. Je suis indigne mais pas a ce point la! Maintenant qu’elle a 1 an, je veux qu’elle aille a la creche 1 ou 2 journees par semaine pour etre avec d’autres enfants, ce que beaucoup ici ne comprennent pas (« elle est mieux a la maison »)

    J'aime

  2. Oui, chaque pays a ses zones de culpabilite. en Allemagne, laisser son enfant avant 2 ans c’est totalement impensable. Dans le Golfe, ou il y a plein de nationalites, il y a tout c melange de regards par rapport a cette maternite « deleguee » aux creches. Quand on me demande pourquoi o mere ingrate je ne suis pas a la maison avec ma fille, je dois avouer que ca me fait plaisir d’y aller de mon petit couplet de feministe francaise (socialiste! diraient mes copines americaines…). Apres mes 40 jours de conge mater, j’ai ete heureuse de laisser ma fille a la creche. Mais ici, on nous autorise a travailler moins par jour. 6h au lieu de 8h la premiere annee de l’enfant. Le pied d’avoir un temps partiel la toute premiere annee!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s