Intégrez-vous, qu’ils disaient !

C’est la rentrée ! En Turquie, nous venons d’avoir une petite semaine de rab’ (après une semaine d’école, c’était le retour des vacances à l’occasion de la Fête du Sacrifice). Donc, comme je le disais, aujourd’hui à Istanbul, c’est la rentrée, la vraie, celle où on planifie les activités des enfants, recommence à faire les devoirs, et retourne au boulot dans un tourbillon frénétique qui nous emportera jusqu’à Noel à coups de temps de merde (on vous voit arriver, mois d’Octobre et de Novembre), de réserves d’expresso double shot (pour tenir lors des réveils matinaux) et d’embouteillages toujours plus denses (chaque année, ça empire, c’est la loi, tu ne peux pas y échapper).

Le retour des vacances, c’est aussi le moment où l’on constate que la faune expatriée a changé : ceux qui sont partis ont laissé un vide que de nouveaux arrivants viennent combler (ou pas, étant donne le contexte turc pas très attractif ces derniers temps – cependant rassurez-vous, en surface, ici, c’est calme et toujours aussi beau, et franchement, on était heureux de revenir).

Ah, l’arrivée en territoire inconnu… Quand on se confronte pour la première fois à la réalité de son pays d’expatriation, entre émerveillement et petites galères… Quand on devient un étranger, un « yabancı », un foreigner, un « gringo », et qu’on voit pour la première fois ce que ça fait de vivre dans un pays qui n’est pas sa terre d’origine, de faire tâche dans la foule, de ne pas comprendre la langue ou de devoir  s’adapter à une culture dont on ne saisit pas les codes.

D’ailleurs, ça veut dire quoi exactement, « être étranger », me demandait ma fille de 6 ans récemment ? Après avoir ouvert spontanément la bouche pour lui répondre, et pris une grande et savante respiration, je me suis trouvée à court de mots et ai tenté de lui livrer une explication qui n’a trouvé en réponse qu’un regard suspicieux (vous savez, ce regard qu’ont les enfants quand ils sentent bien que vous êtes en train de les embrouiller). Est-ce qu’on est du pays où on est né ? Mais ma fille est née aux US et n’y a vécu que 4 ans. On ne peut pas vraiment dire qu’elle soit américaine. Donc non, c’est pas ça. Est-ce qu’on est du pays d’où viennent ses parents ? Mais nous sommes français et elle n’a jamais vécu en France. Tente autre chose. Est-ce qu’on est du pays où on vit ? Mais nous vivons en Turquie et elle ne parle pas la langue. Alors, perdue, j’ai regardé dans le dico, et ça dit qu’un étranger, c’est « quelqu’un qui n’a pas la nationalité du pays où il se trouve ». Donc, c’est facile, il suffit d’expliquer le concept de nationalité à ma fille de 6 ans et tout sera limpide ! Ben non, en fait, pas si simple. La nationalité et tout ce qui vient avec, le droit du sol, les frontières,  l’identité nationale, pour elle qui a grandi dans une multitude de contexte et de cultures et raisonne avec son petit coeur, ça ne veut rien dire. Vous imaginez les questions : et pourquoi il y a des frontières ? Et pourquoi on veut empêcher des gens de rentrer ? Euh… Y a-t-il un épisode de Dora l’Exploratrice qui puisse répondre à cette innocente mais non moins pertinente interrogation ?

Et pour moi qui suis partie il y a onze ans, ca veut dire quoi être étrangère ? Moi qui m’étais juré de toujours m’intégrer à mon pays d’accueil – ce que j’avais presque réussi à faire au Mexique et aux USA grâce au boulot et des environnements éloignés des grandes destinations d’expat et plus près du monde « réel », arrivée en Turquie, j’ai revu mes prétentions et grands idéaux à la baisse. Quand on ne peut pas travailler et qu’on est face à une langue éloignée de sa langue natale, ça devient compliqué. La tentation de se cloisonner et de vivre entre expats est grande, et parfois même nécessaire (pour gérer un choc culturel et le mal du pays, quoi de plus naturel que de se rapprocher des gens qui en apparence nous ressemblent ?).

S’intégrer, c’est un vrai job. Il faut de la patience et de l’humilité pour encaisser les grands moments de solitude et d’incompréhension (voire de rejet), de l’ouverture d’esprit, et si possible de bonnes conditions d’arrivée (ça aide quand on a une bonne situation, là encore…). Et puis à la fin, même si on a fait d’énormes efforts, on fait parfois le difficile constat qu’on ne sera jamais vraiment plus comme les gens de son pays d’origine, sans être pour autant comme ceux de son pays d’accueil. L’intégration, dans le dictionnaire, c’est relatif à la fusion, et la fusion, c’est la « réunion en un seul groupe de plusieurs éléments distincts ». La fusion de plusieurs éléments distincts, eh bien… ça donne toujours forcément quelque chose de nouveau – et non pas la transformation des nouveaux éléments en ceux auxquels ils ont voulu s’intégrer (essayez un peu de mélanger un peu de peinture rouge avec de la peinture bleue pour voir si ça reste bleu) ! Et ça, perdre ou altérer son identité d’origine au contact de l’autre, devenir un tout petit peu violet et plus tout à fait bleu, ça fait peur, on le voit bien en ce moment en Europe et aux US, on fait de l’œil à Donald et Marine, ou on se replie sur sa communauté, mais quand ça marche, c’est quand même beau toutes ces couleurs, et c’est pas ma fille qui va vous dire le contraire.

Sur ce je m’en vais m’isncrire au prochain café de rencontre français !

28-integration29-integration

Bon courage à tous pour cet automne qui arrive, et à très très vite avec de nouveaux articles et plein d’actu (avez-vous remarqué que le blog a changé de look ? ) !

Publicités

7 réflexions sur “Intégrez-vous, qu’ils disaient !

  1. Bonjour

    Je lis vos articles et je me reconnais. Je me présente femme d’expatrié maman de deux petits, avocate qui n’exerce pas …
    Elle se passe où cette rencontre ? lol

    A bientôt

    J'aime

  2. Bravo pour cette description de l’étranger. J’envoi ce texte à mes enfants et ils comprendrons très vite. Si vous êtes de passage à Paris, je serais ravie de vous rencontrer pour un Cafe . Bon début d’année à Istanbul.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s