Les folles aventures médicales des expats déracinés

Bien que le système médical français ne soit pas parfait, il a au moins le mérite d’exister. Il faut parfois partir pour s’en apercevoir : quand on découvre les alternatives à l’étranger, il y a parfois de quoi s’arracher les cheveux, s’indigner, ou crier au vol… Petit retour d’expérience personnel sur le sujet, après 11 ans d’expatriation, dont 6 aux USA.

Avant, quand j’étais jeune salariée en France, je trouvais que payer ma mutuelle 80 euros par mois, c’était trop. Mais ça, c’était avant.

Mon arrivée aux Etats-Unis m’a vite fait comprendre que cette couverture sociale était un énorme privilège. J’en avais entendu, des histoires horribles (comme celle d’un prof de physique du Nouveau-Mexique qui se met à vendre de la meth pour pouvoir couvrir les frais médicaux de son cancer. Pretty scary this one). Ben oui, imaginez Breaking Bad en France… Walter White deale du shit à la sortie du lycée parce qu’il a égaré sa Carte Vitale, tout de suite, ça pète moins.

Ma première consult chez le généraliste a remis les pendules à l’heure : 150 dollars pour une bronchite, sans compter les médicaments, pour un français, il y a de quoi faire une attaque. Heureusement, bien qu’étant en contrat local, nous bénéficions d’une bonne mutuelle internationale. Mais comme elle était inconnue des secrétariats, il arrivait de nous voir refuser des rendez-vous, car on ne nous pensait pas solvables. Bref, aux US, si on peut éviter d’aller chez le médecin et faire de l’automédication à la place, le choix est vite fait (j’ai également vite compris pourquoi il y avait tant de pubs pour les médicaments a la télé, entre une réclame pour un hamburger dégoulinant et un spot politique).

La nature des consultations est aussi parfois déroutante. Fini, le rendez-vous privatif avec le médecin dans son cabinet. Chez le gynéco par exemple, vous êtes d’abord reçue par la « nurse », puis devez attendre à poil sous une robe en papier que le spécialiste arrive (car il voit plusieurs patients en même temps, il faut que ça tourne – ben oui, ils ont basiquement un million de dollars d’études de médecine à rembourser là-bas). La consultation avec lui est souvent expédiée en cinq minutes, pendant lesquelles il a parfois le temps de vous prescrire tout un tas d’examens. Aux USA, on n’essaie pas de savoir ce que vous avez, mais plutôt d’être sur de ce que vous n’avez pas – des fois que vous fassiez un procès au mec s’il n’a pas remarqué que votre rhume des foins était en fait une rare maladie mortelle propagée par un pollen de cactus.

C’est ainsi qu’on peut vous prescrire un IRM pour un simple mal de ventre sans même vous avoir auscultée – et dans le privé, bizarrement, pas la peine d’attendre des mois pour avoir un rendez-vous, si vous pouvez payer, on vous prend tout de suite ! Si vous avez une bonne assurance, pourquoi ne pas la faire marcher, pas vrai ? Et si vous ne cédez pas, un bon petit discours flippant ou culpabilisant (particulièrement efficace auprès des jeunes mamans) finira bien par vous décider…

Les choses empirent une fois 1) qu’on est enceinte et 2) qu’on a des enfants. Je m’étendrai sur la grossesse et la maternité dans un autre article, parce que là, on vous sort l’artillerie lourde.

Alors, évidemment, avoir un accès à des soins et pouvoir se les payer, c’est un privilège dont une partie de l’humanité est privée, et il est bon de s’en rendre compte. Mais quand la médecine devient business, ça pose aussi un problème. Procédures inutile, endettement des gens mal couverts de manière parfois drastique (quand, par exemple, à la maladie grave d’un enfant s’ajoutent des problèmes financiers – ça existe, les gens obligés de vendre leur voiture ou d’hypothéquer leur maison pour couvrir leurs frais), assurances qui « choisissent » leurs clients en fonction de leurs risques de tomber malade…

Du coup, ça m’arrive souvent de préférer un retour en France pour me faire soigner ! Comment ça, y a une heure d’attente chez le généraliste ?

10 Docteur

Publicités

3 réflexions sur “Les folles aventures médicales des expats déracinés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s