Smugglers

Eh, avouez-le, si on ouvrait vos valises à la douane quand vous revenez de France après un séjour au pays, il y aurait à chaque fois de quoi faire une saisie d’alcool, spécialités régionales ou lingerie fine. Les expats sont experts en matière de contrebande !

Car nombreux sont les produits qui vous manquent et que vous ne retrouvez pas à l’étranger : les marques de vêtements que vous aimez n’existent pas dans votre pays d’accueil et ne livrent pas chez vous, vous ne trouvez pas de soutien-gorge correct ailleurs qu’en France (la lingerie Victoria’s Secret, ça va très bien aux…mannequins Victoria’s secret, dont les seins tiennent déjà debout tous seuls). Ne parlons même pas de la nourriture : aucun assortiment de fromages étrangers ne saurait vous faire oublier votre Bleu d’Auvergne préféré. Vous êtes aussi prête à acheter des aliments pour bébé en France pour que votre enfant goûte aux saveurs délicates des produits de chez vous. Je connais même des bretons qui congèlent leur beurre salé pour le passer en soute ! Ajoutez à cela des bouteilles de vin, des cosmétiques, des livres, et ça fait un joli paquet de choses à mettre dans les valises à l’heure du départ.

Justement, sur ce point vous êtes devenue une pro ! Vous savez préparer vos bagages en un temps record, en évaluer le poids d’un seul coup d’oeil, répartir ingénieusement les produits dans vos vêtements pour qu’ils ne soient pas abimés lors du voyage en soute… Bien que l’entassement de bouteilles de vin vous fasse toujours un peu frémir à l’idée qu’elles puissent se casser au milieu de vos fringues.

Une fois à l’aéroport, après que l’hôtesse a gracieusement accepté votre bagage en surcharge de 500 grammes avec à peine un froncement de sourcil, vous n’avez plus qu’à vous frayer un chemin sur le traditionnel parcours achat de magazines/passage aux contrôle de passeports (1 guérite pour 200 passagers)/portique de sécurité que vous faites sonner à chaque coup/évitement des tentations du duty free (vous avez vérifié, c’est pas vraiment moins cher)/hésitation à passer aux toilettes avec tous les sacs que vous trimballez encore surtout si vous êtes seule avec vos enfants (vous n’irez pas, mais vous le regretterez amèrement au moment du décollage ou une fois que l’allée de l’avion sera bloquée par le chariot de boissons).

A l’arrivée, vous voyiez ressurgir vos valises (elles sont d’une couleur unique) sur le carrousel avec soulagement. Il reste un tout dernier obstacle à franchir : passer la douane sans vous faire repérer – votre cargaison de vin vous serait enlevée en cas de contrôle. Et là, vos enfants peuvent devenir un vrai atout :

12 aeroport

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s